Ménagement

Cette nuit papa a cru que j’allais arriver.

Il était peu après minuit et maman se plaignait des contractions qui la gênaient. Papa a mis sa main sur le ventre de maman et s’est rendu compte qu’une contraction durait prêt d’une minute suivi d’une minute de repos. Il faut savoir que maman avait déjà pris son spafon du soir pour éviter les contractions. Il s’est inquiété et a appelé un médecin pour savoir quoi faire. Il a été redirigé vers l’hôpital où ça ne répondait pas. Il comptait les contractions pendant les temps d’attentes et 8 était passée en moins de 15 minute. le médecins décide de faire venir les pompiers et dit bien à papa d’empêcher maman de se lever. Hihi le médecin ne connaît pas maman. Néanmoins elle va obéir en râlant car elle ne veut ni voir les pompiers ni passer la nuit aux urgences. Elle veut dormir un point c’est tout.

Les pompiers arrivent et font la même constatation que papa, les contractions sont rapprochées et régulières. Maman ne peut s’empêcher de penser ironiquement « sans blague ». Maman est emmenée aux urgences où on lui refait une batterie d’examens et monitoring. Elle restera une heure branchée et elle y verra une bonne douzaine de petites contraction qui font entre 20 et 25 et 5 ou 6  grosses entre 40 et 46. Ce qui ne l’empêche pas de dormir un peu sur la table car elle est très fatiguée. De nouveau le col est vérifié. Il n’a pas bougé. Mais là en plus de continuer le spasfon on lui dit repos maximum et rester allongée autant que possible. Bah oui, faudrait pas que les contractions deviennent efficaces et que l’accouchement commence. C’est trop tôt.

4h30, on rentre à la maison, et maman se jure bien que la prochaine fois qu’on l’emmène de force là bas se sera pour accoucher. Pas avant.

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»